Le baton et la carotte !  La loi globale de sécurité est une arme de répression supplémentaire reconnue comme portant atteinte aux libertés y compris dans la majorité présidentielle et même entre ministres.


La loi globale de sécurité est une arme de répression supplémentaire reconnue comme portant atteinte aux libertés y compris dans la majorité présidentielle et même entre ministres.

Notre URIF FO, dans son dernier communiqué, précisait que nous condamnions cette loi. Nous apportions notre soutien à toutes nos structures qui réagissaient, se mobilisaient et appelaient à manifester. De nombreux rassemblements se sont déroulés dans toute la France. À Paris, au Trocadéro, ce sont des milliers de manifestants qui se sont retrouvés à l'appel notamment des syndicats de journalistes dont le SGJ FO. Mais au-delà, y participait notamment une délégation de notre URIF FO représentant divers secteurs dont ceux particulièrement mis à l'épreuve au cours des derniers mois.

Oui, ils avaient raison de dire que la liberté de la presse est remise en cause. Oui, ils avaient largement raison d'affirmer que l'on est entré depuis quelques temps dans un régime autoritaire complété par des mesures iniques qui remettent en cause les libertés individuelles et collectives. Le renforcement des moyens et des pouvoirs des polices municipales, l'utilisation de drones pour la surveillance de nombreux évènements, la non possibilité de filmer les scènes de manifestations... sont des éléments incontestables de dérives autoritaires et de la remise en cause de notre République.

Rien n'est d'ailleurs terminé et il faudra continuer à marquer notre désaccord profond et le retour aux valeurs de la République pour ce 150ème anniversaire de la Commune de Paris qui réagissait contre les canons de Thiers.

Ça c'est pour le bâton, vite passons à la carotte, celle qui nous est promise avec l'arrivée des vaccins, en nombre d'ailleurs, pour soulager toutes les misères vécues avec l'épidémie. Ce serait formidable si nous n'avions pas connu l'épisode des masques, des blouses et du matériel pour les personnels soignants, des respirateurs, des médicaments, des tests… du confinement ou plutôt des confinements.

Mais voilà, avant de pouvoir constater l'arrivée des vaccins contre la Covid-19, il nous faut souligner l'échec de la possibilité d'obtenir aujourd'hui le moindre vaccin contre la grippe. Y en a plus! ! Et même les plus vulnérables sont obligés de se faire enregistrer chez leur pharmacien pour en bénéficier, s'ils y arrivent ! Alors, le vaccin contre la Covid ?
Le gouvernement en annonce 55 millions mais pour quand ? Si cela est géré comme celui pour la grippe, les salariés du second cercle ne sont pas prêts d'en bénéficier comme cela fut déjà le cas pour les personnels du commerce au début de l'épidémie, comme pour tous ceux qui furent, dans différentes professions, confrontés à ce fléau.

La carotte "vaccin" pourra-t-elle enrayer les plans de licenciements, les fermetures d'entreprises comme Bridgestone, la casse des statuts et des conventions collectives, la non évolution des salaires et des retraites, la généralisation du télétravail et ses conséquences sur la destruction du code du travail ?

Ce vaccin miracle remettra même en œuvre des plans désastreux pour l'avenir des jeunes mais aussi de tous les salariés d'aujourd'hui avec le retour de la réforme des retraites comme celle de l'assurance chômage alors que 10 millions de nos concitoyens sont en dessous du seuil de pauvreté et que la misère guette les centaines de milliers de salariés qui rejoindront les bataillons de chômeurs.

Décidément, la carotte, à chaque fois, c'est pour nous la …

Mais la résistance est toujours là et a même tendance à reprendre de la vigueur au cours de ce second confinement.

Le bâton et la carotte finiront bien par se retourner !


Paris, le 23 novembre 2020


Lire ou télécharger ce communiqué au format PDF

retour au site